Journal of Small Business and Entrepreneurship

CCSBE's double-blind reviewed and scholarly Journal dedicated to publishing in English and French original and outstanding studies that improve knowledge and understanding of entrepreneurship and small business management and, eventually, shape these fields of research.

Studies published might be theoretical pieces, qualitative and quantitative empirical work, and/or case studies. Given that the objective of the Journal is to push the boundaries of current entrepreneurial and small business management thoughts, case studies to be published in JSBE must have a theoretical perspective. The onus of proving the theoretical contribution of the case lies on the author who, to this end, can introduce the case with a short text of 250-500 words. The theoretical contribution can be related to the fact that the case challenges the existing theory or highlights it better. Consequently, cases and teaching notes that are written just for a didactic purpose as an illustration of a theory in classroom will not fit to being published in the JSBE.

ABSTRACTS: Volume 28, Issue 2, 2016

Financing patterns of SMEs in India during 2006 to 2013 – an empirical analysis

The main purpose of the study is to provide a comprehensive view on the financing state of small and medium enterprises (SMEs) in India. Using the information from the financial statements of 1524 SMEs, provided by the database of Centre for Monitoring the Indian Economy, PROWESS, it analyses the financial ratios of SMEs and the components of debt during the period of 2006–2013. The study describes the financing pattern of SMEs by examining differences across the firm characteristics, namely size, age, ownership, sector, and region. The major findings revealed the dependence of SMEs on short-term debt, and the most frequently used sources of finance are trade credit and bank loans. Hierarchical regression analysis revealed that the major determinants of the capital structure of SMEs are age, profitability, tangibility, and liquidity. Overall, this study concludes that the financing condition of SMEs in India needs to be improved and, therefore, suggests exploring new financing avenues specifically designed to solve the problems of SME financing.

Cette étude avait pour objectif principal de fournir une vue globale sur le financement des petites et moyennes entreprises (PME) en Inde. En s’appuyant sur les états financiers de 1524 PME, fournis par la base de données de CMIE PROWESS, elle a analysé les ratios financiers de ces entreprises et les composantes des dettes au cours de la période 2006–2013. Ainsi, l’étude a décrit le schéma de financement des PME en examinant leurs différences de caractéristiques: leur taille, leur âge, qui les possède, leur secteur et leur région d’activité. Les principaux résultats révèlent une dépendance des PME vis-à-vis des dettes à court terme, et que les sources de financement les plus fréquemment utilisées sont les crédits commerciaux et bancaires. L’analyse par régression hiérarchique révèle que les principaux déterminants de la structure de capital des PME sont l’âge, la rentabilité, la tangibilité et les liquidités. D’une manière générale, cette étude avance que les conditions de financement des PME en Inde doivent être améliorées et, par conséquent, suggère l’exploration de nouvelles opportunités de financement visant spécifiquement à résoudre ces problèmes.

Regional systems of innovation: lessons from the biotechnology clusters in Belgium and Germany

Prior research shows that innovation performance is linked to system, collaboration and networking. There is a growing attention for open innovation. However, the interplay between regional systems of innovation, technology clustering, disruptive business models and open innovation practices is not sufficiently addressed in the global entrepreneurship and technology innovation literature. There is an absence of studies that look at strategic partnerships – and specifically the role of open innovation – in the development of regional technology clusters and novel business models. We observe that biotechnological firms have been engaged in open innovation for a long time by clustering and intensive partnering to innovate with knowledge from inside and outside the firms. In other words, they have been engaging in open innovation. This paper presents a case study of biotechnology clusters in Belgium and Germany. The focus is on the interplay between new biotechnology firms, strategic alliances and open innovation, within a regional system of innovation context. In particular, the article looks at the case-based evidence from biotechnology-related industrial or regional economic cluster policies.

Des recherches antérieures montrent que les performances en matière d’innovation sont associées au système, à la collaboration et à la mise en réseau. L’intérêt pour l’innovation ouverte est croissant. Cependant l’interaction entre les systèmes régionaux d’innovation, la formation de grappes technologiques, les modèles économiques disruptifs et les pratiques d’innovation ouverte n’est pas suffisamment traitée dans l’entreprenariat mondial et les publications sur l’innovation en matière de technologie. Il n’existe pas d’études qui explorent les partenariats stratégiques – en particulier le rôle de l’innovation ouverte – dans le développement des grappes technologiques régionales et des nouveaux modèles économiques. Nous observons que les entreprises de biotechnologie sont engagées dans l’innovation ouverte depuis longtemps en se regroupant et en formant des partenariats de manière intensive pour innover à partir des connaissances existant à l’intérieur et en dehors de leur périmètre. En d’autres termes, elles se sont lancées dans l’innovation ouverte. Cet article présente une étude de cas sur les grappes biotechnologiques en Belgique et en Allemagne. L’accent est mis sur l’interaction entre les nouvelles entreprises de biotechnologie, les alliances stratégiques et l’innovation ouverte, dans un contexte de système régional d’innovation. L’article examine plus précisément les cas avérés obtenus des politiques industrielles en lien avec la biotechnologie ou de regroupements économiques régionaux par grappes.

Qualitative exploration of cultural practices inhibiting rural women entrepreneurship development in selected communities in Nigeria

Nigeria is a country with diverse ethnic groups having cultural practices affecting both men and women differently. However, the extent to which the cultural practices have influenced entrepreneurship practices has not been given adequate attention. Therefore, this paper aims at highlighting the cultural practices, their effects on rural women entrepreneurship, the effects of government interventions on rural entrepreneurship, and how the practices can be harnessed to improve rural women entrepreneurship. This study focused on Southeast and Southwest of Nigeria. Qualitative technique with four focus groups and eight case studies was employed. Analysis was supported by ATLAS.ti. The results revealed that most of the women were culturally restricted to engage in certain businesses, while the belief systems/traditional practices inhibited the success of government initiatives. Hence, there is the need for cultural consideration and reorientation of rural communities for successful development of women entrepreneurship in Nigeria.

Le Nigéria est un pays avec divers groupes ethniques ayant des pratiques culturelles touchant les hommes et les femmes différemment. Toutefois, la mesure dans laquelle les pratiques culturelles ont influencé les pratiques de l’entrepreneurship n’a pas reçu suffisamment d’attention. Par conséquent, ce document vise à mettre en évidence les pratiques culturelles, leurs effets sur les régions rurales de l’entrepreneuriat féminin, les effets des interventions gouvernementales sur l’entrepreneuriat rural; et la manière dont les pratiques peuvent être mises à profit pour améliorer l’entrepreneuriat des femmes rurales. Cette étude a porté sur le sud-est et sud-ouest du Nigéria. Technique qualitative avec 4 groupes de discussion et 8 études de cas était à l’emploi. Analyse était appuyée par ATLAS ti. Les résultats ont révélé que la plupart des femmes étaient culturellement limité à s’engager dans certaines entreprises, tandis que les systèmes de croyance/pratiques traditionnelles ont inhibé la réussite des initiatives du gouvernement. Par conséquent, il y a la nécessité d’une transformation culturelle Examen et réorientation des collectivités rurales pour assurer le succès du développement de l’entreprenariat des femmes au Nigeria.

Open innovation in SMEs: a study of the Swedish bio-pharmaceutical industry

The purpose of this paper is to discuss how small and middle-sized enterprises (SMEs) utilize open innovation in practice. Open innovation has become a well-used rhetorical concept among key bio-pharmaceutical spokespersons, suggesting that it would help to renew the stagnated industry. We report a survey (N = 104) on Swedish SMEs in the bio-pharmaceutical industry, where we shed light on how widespread the knowledge and practical uses of open innovation activities actually are. The findings not only show that very few respondents are aware of the open innovation concept, but also that open innovation-related activities are to a large extent integrated within their ordinary innovation practices. The study also suggests that firms that are engaged in open innovation activities tend to be more innovation-productive than those who do not. Based on these findings, we propose that there is a casual relation between open innovation and entrepreneurial growth, in which open innovation activities can act as accelerators for entrepreneurial growth. At the same time, much ‘openness’ is still performed on informal and ad-hoc basis by SMEs in the industry.

L’objectif de cet article est d’examiner la manière dont les petites et moyennes entreprises (PME) ont recours à l’innovation partagée en pratique. L’innovation partagée est devenue un concept rhétorique chez les porte-paroles clés de la biopharmacie, ce qui laisse entendre qu’elle pourrait revitaliser cette industrie stagnante. Nous rendons compte d’une enquête (n = 104) sur les PME suédoises engagées dans l’industrie biopharmaceutique, sur laquelle nous apportons un éclairage en ce qui concerne l’ampleur réelle des connaissances sur les activités d’innovation partagée et leur utilisation pratique. Les résultats montrent que très peu de répondants savent l’existence du concept d’innovation partagée, mais également que les activités qui sont en lien avec elle tendent à être plus productives, en termes d’innovation, que celles qui ne le sont pas. Sur foi de ces résultats, nous émettons l’hypothèse qu’il existe un rapport informel entre l’innovation partagée et la croissance entrepreneuriale, en ce sens que les activités de la première peuvent jouer un rôle d’accélérateur de la seconde. Dans le même temps, beaucoup de « partage » est encore réalisé sur une base informelle et ad hoc par les PME dans cette industrie.

ABSTRACTS: Volume 28, Issue 1, 2016

Is college education worth it? Evidence from its impacts on entrepreneurship in the United States

Using the Current Population Survey (CPS) March Supplement data between 1989 and 2011, the article examines the impacts of college education on the likelihood of self-employment and on entrepreneurs’ annual income in the United States. The primary results suggest that individuals with college education are more likely to have their own businesses than those without; entrepreneurs with college education receive a significantly higher annual income than those without. Specifically, college education is more effective in promoting Black and Hispanic entrepreneurs than other ethnic groups. Women with a college degree are more inclined to be self-employed and earn more than those without college education. However, the influences of college education are stronger for men than for women on self-employment and annual income.

En s’appuyant sur les données complémentaires, publiées en mars 2015, de l’enquête sur la population actuelle (Current Population Survey) aux USA (données de 1989 à 2011), cet article examine les impacts de l’éducation supérieure sur la probabilité de l’auto-emploi et sur le revenu annuel des entrepreneurs aux États-Unis. Les résultats préliminaires suggèrent que les personnes ayant une éducation supérieure sont plus susceptibles de posséder leur propre entreprise que celles qui n’ont pas ce niveau d’éducation; que les entrepreneurs ayant reçu une éducation supérieure ont un revenu annuel considérablement plus élevé que les autres. Plus précisément, l’éducation supérieure est plus efficace pour la promotion des entrepreneurs noirs et d’origine hispanique que pour ceux appartenant à d’autres groupes ethniques. Les femmes qui possèdent un diplôme universitaire sont plus enclines à se tourner vers l’auto-emploi et gagnent plus que celles qui ne sont pas allées à l’université. Cependant, en ce qui concerne l’auto-emploi et le revenu annuel, les influences de l’éducation supérieures sont plus fortes chez les hommes que chez les femmes.

Psychological capital and the startup capital–entrepreneurial success relationship

Research has demonstrated that psychological strengths have important influences on entrepreneurial behavior. The current study explored the interaction between entrepreneurs’ positive psychological capital and startup capital in leading to entrepreneurial success. Focus is on how owners of small scale enterprises use their psychological strengths to achieve their business goals. Using a sample of 384 entrepreneurs selected from the two leading business districts in Uganda, we observe that optimism is the component of psychological capital that significantly moderates the relationship between startup capital and entrepreneurial success. Both startup capital and psychological capital are significant predictors of entrepreneurial success; however, psychological capital is the better predictor. The theoretical and practical implications of these findings on entrepreneurial behavior, success and entrepreneurship promotion interventions are discussed.

La recherche a démontré que les forces psychologiques ont une influence importante sur le comportement entrepreneurial. La présente étude a exploré l’interaction entre le capital psychologique positif et le capital de départ, vers le succès entrepreneurial. L’accent est mis sur la manière dont les propriétaires de petites entreprises emploient leurs forces psychologiques pour atteindre leurs objectifs commerciaux. En nous appuyant sur un échantillon composé de 384 entrepreneurs sélectionnés dans les deux quartiers d’affaires les plus importants de l’Ouganda, nous observons que l’optimisme est la composante du capital psychologique qui modère considérablement le rapport entre le capital de départ et le succès entrepreneurial. Le capital de départ comme le capital psychologique sont des prédicteurs significatifs du succès entrepreneurial, bien que le capital psychologique s’avère être le plus précis des deux. Les implications théoriques et pratiques de ces constatations sur le comportement entrepreneurial, le succès et la promotion de l’entreprenariat sont discutées.

Subjective well-being and job satisfaction among self-employed and regular employees: does personality matter differently?

Little is known about the importance of personality traits for subjective well-being (SWB) and job satisfaction among self-employed. The aim of this article is to investigate if the Big-Five personality traits (extraversion, agreeableness, conscientiousness, emotional stability, and openness to experience) have different relationships with SWB and job satisfaction among self-employed compared with regular employees. Data come from a Swedish survey comprising representative samples of self-employed (n = 2483) and regular employees (n = 2642). Personality traits are measured using a 10-item personality measure. Our findings show that there are only small differences, between self-employed and regular employees, in the associations between personality traits and SWB. For job satisfaction, on the other hand, we find much stronger relationships for self-employed than the regularly employed. For self-employed, every personality trait except ‘openness to experience’ have a significant positive relationship with job satisfaction. In comparison, only ‘extraversion’ and ‘emotional stability’ are significantly correlated to job satisfaction among regular employees. The relationship between ‘extraversion’ and job satisfaction was furthermore substantially weaker among regular employees. Therefore, being self-employed seems to be particularly beneficial for individuals scoring high on ‘extraversion,’ ‘agreeableness,’ and ‘conscientiousness.’

Les connaissances sont limitées sur l’importance des traits de personnalité par rapport au bien-être subjectif et à la satisfaction au travail chez les travailleurs indépendants. L’objectif de cet article est d’évaluer si le rapport entre les cinq grands (Big Five) facteurs de personnalité (extraversion, agréabilité de caractère, conscience professionnelle, stabilité émotionnelle et ouverture d’esprit) et le bien-être subjectif et la satisfaction au travail diffère, chez les travailleurs indépendants, de celui qui est observé chez les employés permanents. Les données proviennent d’une enquête conduite en Suède, composée d’échantillons représentatifs de travailleurs indépendants (n = 2483) et d’employés permanents (n = 2642). Les traits de personnalité ont été mesurés sur une échelle en dix traits (TIPI). Nos résultats montrent que les différences entre les travailleurs indépendants et les employés permanents sont minimes, en ce qui concerne les associations entre les traits de personnalité et le bien-être subjectif. D’autre part, concernant la satisfaction au travail, notre enquête révèle un rapport beaucoup plus prononcé chez les travailleurs indépendants que chez les employés permanents. Pour les travailleurs indépendants, chaque trait de personnalité, à l’exception de « l’ouverture à l’expérience » a un rapport positif significatif avec la satisfaction au travail. Par comparaison, seules « l’extraversion » et « la stabilité émotionnelle » sont significativement corrélées à la satisfaction au travail chez les employés permanents. De ce fait, le statut de travailleur indépendant semble être particulièrement bénéfique aux personnes ayant obtenu un score élevé pour « l’extraversion », « l’agréabilité » et « la conscience professionnelle ».

Self-employment and experiences of support in a work–family context

Using a life course lens with a focus on linked lives, this study explores experiences and perceptions of support through in-depth interviews with 22 self-employed men and women with children. Experiences of informal support were varied and complex, with multiple layers of support often operating simultaneously. With few exceptions, gender differences in perceived support reflected traditional role expectations. While men and women both spoke of the importance of emotional support, women more often identified spouses’ financial support as essential to operating a business, whereas men valued instrumental support in the form of childcare and domestic activities. Informal communities of support comprised of other self-employed people were valued for mentoring, assistance, and friendship, and were less emotionally intense compared to experiences of support from family members. Parents generally misunderstood or were unaware of the potential for formal government support through the Canadian government’s Employment Insurance Special Benefits for Self-Employed People program.

Dans une approche de parcours de vie avec un focus sur les « vies liées », cette étude a exploré les expériences de soutien et les perceptions sur ce soutien à travers des entretiens en profondeur conduits avec vingt-deux travailleurs indépendants de sexe masculin et de sexe féminin qui ont des enfants. L’étude révèle la diversité et la complexité des expériences de soutien informel, avec des couches multiples de soutien opérant simultanément. À quelques exceptions près, les différences de genre dans les perceptions sur le soutien reflètent ce qui est traditionnellement attendu des rôles de genre. Si les hommes comme les femmes évoquent l’importance du soutien émotionnel, les femmes considèrent plus fréquemment le soutien financier de l’époux ou de l’épouse comme essentiel à la gestion d’une entreprise, alors que les hommes accordent beaucoup d’importance au soutien « instrumental » assuré sous la forme de la prise en charge des enfants et d’autres activités domestiques. Des communautés informelles de soutien constituées d’autres travailleurs indépendants sont appréciées pour le mentorat, l’aide et l’amitié, et sont moins intenses, au plan émotionnel, que le soutien apporté par des membres de la famille. D’une manière générale, les parents comprennent mal ou n’ont pas conscience de la possibilité d’obtenir le soutien formel du gouvernement canadien à travers le Programme de prestations d’assurance-emploi pour les travailleurs autonomes.

Visit Taylor & Francis Online to Submit and for Full Papers